Un tutoriel sur Symfony 2

Clément, Un lecteur du Planet-Libre, travaille actuellement à la traduction d’un cours sur Symfony 2. Symfony 2 est le framework PHP open source construit par la communauté dont le petit frère, dans sa 1ère version, avait déjà pas mal marqué le développement web professionnel moderne. Pas mal de choses ont évoluées avec le passage à la nouvelle version, d’où la nécessité de cours de qualité sur le sujet. Etant donné le néant actuel sur le sujet en français, j’ai travaillé à la traduction de Symblog, un tutoriel de qualité en anglais.

Il s’agit d’un cours pratique, où l’on construit pas-à-pas un blog. Ce thème un peu classique permet d’ajouter des fonctionnalités que tout le monde connait, en se concentrant sur les thèmes récurrents du développement avec ce framework:

  • Utilisation des template avec Twig
  • Gestion de base de donnée de manière transparente avec Doctrine2
  • Formulaires et validation des données
  • Routage dynamique
  • Assetic
  • Utilisation de bundles externes
  • Bonne pratiques de développement, et plus particulièrement pour le web
  • Tests unitaires et fonctionnels avec PHPUnit.
  • … ainsi que d’autres, difficile de tout lister.

Le tutoriel en français est disponible sur le site de KeiruaProd : http://keiruaprod.fr/symblog-fr/

A noter également que les sources de la traduction sont sur Github (https://github.com/Keirua/symblog-docs), afin de permettre facilement de nouvelles traductions dans d’autres langues. N’hésitez pas à apporter votre pierre à l’édifice si vous le souhaitez.

Bonne fêtes de fin d’année… avec des avatars Libres !

Bonjour à tous et toutes, et merci pour votre fidélité au Planet Libre !

Comme toujours, nous cherchons à améliorer peu à peu le Planet, et les idées ne manquent pas. La dernière nouveauté en date, et que nous tâcherons de mettre en place d’ici Noël (même si une phase de test sera nécessaire), concerne l’utilisation des avatars.

Jusqu’ici nous nous reposions sur le service externe Gravatar, bien connu des utilisateurs de WordPress (et de tous les webmestres en général). Ce service, proposé par la société Automattic (à qui l’on doit notamment WordPress et Akismet), présente l’inconvénient d’être centralisé et propriétaire : pas vraiment compatible avec l’éthique Libre, comme n’ont pas manqué de le remarquer certains.

Des solutions plus ouvertes existent, mais ne sont pas toujours aisées à mettre en place : une piste intéressante, par exemple, est l’utilisation de « Javatars » liés à un identifiant Jabber ou XMPP ; cependant nous ne pouvons pas demander à tous les contributeurs de disposer d’un tel compte… Et ce n’est qu’une partie du problème (cette solution demande également plus de travail de développement).

Dans ce contexte, nous avons décidé de commencer par migrer vers le service Libravatar, un remplacement de Gravatar qui est Libre, fiable et peut être relié à votre adresse e-mail ou OpenID. Certes, ce n’est qu’un premier pas vers la décentralisation, mais nous espérons tout de même aller dans la bonne direction.

Dans l’immédiat, nous vous invitons donc chaleureusement à nous rejoindre autour de cette migration vers Libravatar, à l’essayer avec nous et à nous faire part de toutes vos remarques, difficultés ou suggestions. Il vous suffira de vous enregistrer auprès de ce service avec les mêmes identifiants que pour votre compte Gravatar pour que (avec un peu de chance) le Planet Libre utilise votre nouvel avatar. Vous pouvez également, et c’est même recommandé, entrer directement en contact avec l’équipe de Libravatar qui ne demande qu’à accueillir de nouveaux contributeurs !

Et c’est sur cette note que nous vous souhaitons de bonnes fêtes de fin d’année, et espérons vous retrouver en 2012… avec votre avatar Libre.

Cordialement,
L’équipe du Planet Libre.

2ème JCLL (Journée Corrézienne du Logiciel Libre)

L’Association PULLCO organise la deuxième édition de la JCLL (Journée Corrézienne du Logiciel Libre), le samedi 26 novembre, à la Médiathèque Eric Rohmer de Tulle, avenue Winston Churchill, de 10h00 à 18h00.

Cette journée est destinée au grand public et propose à travers ateliers, conférences et démonstrations :

  • la découverte des Logiciels Libres, tels que LibreOffice, Firefox ou Thunderbird ;
  • l’installation de Logiciels Libres et systèmes d’exploitation GNU/Linux sur les ordinateurs du public, qui bénéficiera de l’aide et l’expérience des membres de PULLCO ;
  • l’exploration du monde des Logiciels Libres, de manière plus concrète, par le biais de diverses conférences.

Pour de plus amples renseignements et consulter le programme rendez-vous sur le site de l’association (http://www.pullco.fr)

Interview – Elveos.org – Site de financement collaboratif de logiciels libres

Starwars Elveos
Voici une interview visant à présenter Elveos.org qui est un site de financement collaboratif de logiciels libres.

Pouvez-vous nous présenter Elveos ?

Elveos c’est un site de financement collaboratif pour les logiciels libres. Concrètement, n’importe qui peut venir faire une demande de fonctionnalité et y mettre une petite somme d’argent. Ensuite il fait appel à la communauté pour financer la demande (chacun apporte un montant de son choix). C’est une sorte de crowdfunding pour les logiciels libres.
En fait, on préférerait que les développeurs indiquent ce qu’ils souhaitent développer ainsi que le montant nécessaire pour qu’ils le fassent.

Pouvez-vous présenter (les membres de l’équipe) de manière succincte ?

Je suis Frédéric, et avec Yoann et Thomas, nous avons tous les trois fait l’INSA Lyon spécialité informatique.
Après avoir eu notre diplôme d’ingénieur, nous avons chacun suivi notre propre chemin pendant plus de deux ans.
Nous nous sommes ensuite retrouvé pour travailler sur Elveos.

Comment-vous est venue l’idée de créer Elveos ?

Nous avons tous les trois une sensibilité particulière à propos du logiciel libre. Thomas et moi avons même développé quelques logiciels libre (perroquet, exxeditor, …).
Alors que je devais être en train de pester contre un bug dans un logiciel libre (probablement OpenOffice …), je me suis dit qu’il faudrait avoir la possibilité de financer la résolution d’un bug dans un logiciel libre. J’ai beau être développeur, je n’ai pas envie d’avoir à coder à chaque fois que je vois un bug ou une fonctionnalité qui me manque dans un logiciel.
Puis l’idée à fait son chemin, j’en ai parlé à Yoann et Thomas et on a décidé de se lancer dans l’aventure.

Est-ce que les services proposés pourraient être réalisés par une entreprise plutôt qu’un développeur seul ?

Oui bien sur, il y a dans Elveos un système d’équipes qui est fait pour ça. Une entreprise ou une association peut créer une équipe dans Elveos et faire les actions au nom de cette équipe. On y a même ajouté un système de droit, qui permet de répartir les rôles au sein d’une équipe.

Est-ce qu’il y a un contrôle sur le statut des travailleurs ?

Non Elveos n’est qu’un apporteur d’affaire, il ne contrôle pas le statut des développeurs. Il est possible que dans le futur, Elveos impose une déclaration des développeurs, ou permette aux développeurs de déclarer leur statut. L’objectif étant d’être « blindé » juridiquement (autant pour nous que pour les contributeurs).

Comment gérez-vous la taxation des travailleurs? Est-ce que c’est à eux de s’arranger entre eux et d’avoir un numéro de tva ?

C’est bien chaque personne qui est responsable de déclarer correctement ses impôts. Nous fournissons des outils pour faciliter la tâche. Par exemple, on a un outil de facturation qui permet d’éditer des factures à l’ensemble des contributeurs sur un projet.
Pour les développeurs Français le statut d’Auto-Entrepreneur est une solution simple et rapide pour être dans les règles.

Comment financez-vous votre projet ? Est-ce qu’il s’auto-finance ? Si oui comment ?

Pour l’instant le projet est auto-financé. Nous avons pu utiliser pendant un temps les allocations chômage, mais maintenant nous vivons sur nos réserves :). L’objectif est de pouvoir vivre assez rapidement des revenus du site (on prélève 10% sur les entrées d’argent).
En attendant, nous cherchons des investisseurs ; ce n’est pas facile car nous faisons très attention à ne pas vendre notre âme au diable …

Est-ce que seules les contributions open-source sont acceptées ?

Oui, uniquement les contributions open sources. On incite même (sans que ce soit obligatoire) à utiliser une petite liste de licence (pour éviter la prolifération de licences).

Envisagez-vous de cibler des financeurs autres que le public informatique et plus particulièrement opensource ?

C’est notre objectif, à plus long terme. Pour l’instant nous n’avons pas les moyens de communication permettant de cibler d’autre personnes que les convaincus du logiciel libre.

Est-ce qu’une modération des demandes va être effectuée (respect de licences contenu de la demande prix…) ? Si oui comment avant la publication ou après ?

La base de la modération sur Elveos est faite par les utilisateurs, grâce à un système de « karma » et popularité. C’est assez classique, et ça permet de trier les informations utiles de la « pollution » .
Bien entendu on se réserve le droit de faire une modération plus ciblée si on le juge nécessaire, par exemple si le contenu est illégal (injurieux, raciste …). De manière générale, tous les contenus sont bienvenus sur le site et nous ne refuserons pas une demande parce qu’elle n’est pas « assez bien ».
Pour résumer, il n’y a jamais de modération avant la publication. Sinon c’est une modération par les utilisateurs.

Liens utiles

Le site : https://elveos.org
La FAQ : https://elveos.org/documentation/faq
Une petite vidéo de présentation d’Elveos : http://www.youtube.com/watch?v=NcmyZGcexu8
Le blog : http://blog.elveos.org

 

Note : L’article a été publié ce jour (24/10/11 vers 13h), mais avec une ancienne date (22/10/11 à 10h03), ce qui a placé l’article en deuxième page du Planet-Libre. La date et heure de l’article ont été modifiées pour replacer l’article en début de page et donc faire la promotion d’Elveos.org. Désolé pour ceux qui ont déjà lu l’article.

Utiliser de l’authentification forte pour son serveur SSH

Cet article a été repris à la demande de son auteur. Nous l’avons trouvé intéressant et avons donc souhaité le partager avec vous.

Retrouver l’article original sur le site de son auteur : essembeh


Le but de ce billet et de présenter l’authentification en deux étapes telle qu’elle est implémentée par Google.

Cette authentification forte est facilement utilisable avec les services de Google mais aussi intégrable à vos services, comme par exemple votre serveur SSH.

Présentation de l’authentification forte

Pour une présentation exhaustive, Je vous laisse lire la bonne présentation de Wikipedia

D’une manière simple, c’est une authentification en deux étapes. Pour authentifier, elle se base sur quelque chose que l’on sait et quelque chose que l’on a.

  • La chose que l’on sait, c’est le mot de passe. Mais cette donnée est facilement captable ne serait-ce par un enregistreur de frappe
  • La chose que l’on a, ce doit être quelque chose que l’on est seul à avoir c’est à dire non copiable ou au moins difficilement. Par exemple, une carte à puce ou un code basé sur le temps.

L’exemple jusqu’ici le plus connu d’authentification forte basée sur le temps est SecurID, solution propriétaire proposée par la société RSA. Google à mis en place il y a quelque temps une authentification en deux étapes pour ses services.
Remarque: Je vous encourage d’ailleurs à activer cette option si vous consultez vos mails d’un ordinateur dont vous ne pouvez garantir la sécurité, au travail, chez des amis …

Et comme souvent, Google joue le jeu de l’open source et les ce système est intégrable sous GNU/Linux grâce à un module PAM donc utilisable pour votre serveur SSH ou tout autre service basé sur l’authentification PAM.
Remarque: Attention toutefois à l’amalgame, ce module est indépendant des services Google, autrement dit il n’y a pas de rapport entre votre compte Gmail et votre compte SSH ! Google utilise cette méthode de mot de passe et code basé sur le temps, et a implémenté la partie cliente (l’application pour téléphone) et un module pour vous permettre d’utiliser le même algorithme sur votre serveur.

Le site du projet

En pratique

En pratique, j’ai l’application Google Authenticator sur mon téléphone (l’application est gratuite pour Android, iPhone et Blackberry).

Lorsque je veux accéder au service, je rentre mon identifiant et mon mot de passe.

Si le mot de passe est correcte, je dois rentrer le code de vérification qui est affiché sur mon téléphone.

Il change toutes les 30 secondes et dépend directement de mon compte, je suis le seul à avoir cette série de nombres.

Autrement dit à chaque compte Google ou à chaque utilisateur SSH, des numéro différents.

L’application sur téléphone permet d’avoir plusieurs comptes, personnellement j’ai celui pour mon Gmail et celui pour mon SSH.

Le code généré dépend d’une clé secrète (c’est elle qui est différente pour chaque utilisateur) et du temps. Seul le serveur et le téléphone connaissent la clé secrète, pas l’ordinateur qui accède au service ! Donc même si l’ordinateur enregistre les frappes il aura le code de vérification mais celui ci n’est valide qu’une seule fois et seulement 30 secondes.
Remarque: Attention comme la génération dépend du temps, il faut impérativement que le téléphone et le serveur soient à la même heure !

Activation pour les services Google

Pour se faire il faut se rendre dans les paramètres du compte et activer l’option.

Voici la page de présentation et d’aide à l’installation.
Le gros gros avantage que je vois à cette activation, c’est qu’ensuite on peut générer des mots de passe uniques pour les applications ne supportant pas cette méthode en deux étapes et donc on peut aussi révoquer ces mots de passe.

Par exemple Thunderbird ne permet pas cette authentification en deux étapes et puis ce serait contre productif de rentrer le code toutes les 3 minutes lorsqu’il relève le courrier.

Je peux donc créer un mot de passe unique pour Thunderbird qui ne demandera pas de code et si je n’utilise plus l’application (ou que le mot de passe est compromis), je peux le révoquer.

Utilisation avec OpenSSH

Il faut installer le paquet suivant

apt-get install libpam-google-authenticator

Remarque: Sous Debian, il est disponible dans les dépots « testing ».

Afin de synchroniser l’heure de son serveur il peut être utile d’installer le démon ntpd

apt-get install ntp

Ensuite il faut editer le fichier PAM spécifique à SSH

vi /etc/pam.d/sshd

Il faut ajouter la ligne suivante :

# PAM configuration for the Secure Shell service 

# Read environment variables from /etc/environment and
# /etc/security/pam_env.conf.
auth       required     pam_env.so # [1]
# In Debian 4.0 (etch), locale-related environment variables were moved to
# /etc/default/locale, so read that as well.
auth       required     pam_env.so envfile=/etc/default/locale 

# Standard Un*x authentication.
@include common-auth
auth required pam_google_authenticator.so

# Disallow non-root logins when /etc/nologin exists.
account    required     pam_nologin.so 

[…]

Ensuite il faut activer le mode Challenge de SSH, ce qui permet à SSH de vous reposer une question après vous avoir demandé votre mot de passe. Pour cela :

vi /etc/ssh/sshd_config

Et changez le « no » en « yes » à la ligne suivante permettant le « Challenge »:

[…]
# Change to yes to enable challenge-response passwords (beware issues with
# some PAM modules and threads)
ChallengeResponseAuthentication yes
[…]

On redémarre SSH

/etc/init.d/ssh restart

La dernière étape consiste à initialiser les comptes utilisateurs et de paramétrer son téléphone. Dans un terminal, chaque utilisateur doit lancer la commande suivante

google-authenticator

Informations à remplire pour l'authentification forte

Dans l’ordre nous avons

  • Le QR code pour paramétrer son téléphone, il suffit de le scanner avec l’application Google Authenticator et le tépéhone est paramétré ! merci le QRCode :)
  • La clé secrète, ici JLT23I2GDEI6B26R
  • Des code d’urgence. Si vous voulez vous connecter mais que vous n’avez pas votre téléphone, ces codes sont utilisables mais une seule fois chacun ! Il est conseillé de les écrire pour les avoir accessibles en cas de besoin.
  • La première question demande si on doit écrire le fichier de configuration, réponde oui.
  • Ensuite si on permet ou non l’utilisation du même code plusieurs fois. Autrement dit comme un code est valable 30 secondes, si je veux me connecter deux fois en 30 secondes, je dois répondre oui.
  • Ensuite on vous propose d’étendre la durée de vie des codes.
  • Enfin une sécurité visant à interdire le brute-force.

Chaque utilisateur qui souhaite se connecter en SSH doit faire ceci, sinon il ne pourra pas s’identifier !

Vous pouvez par la suite éditer le fichier ~/.google_authenticator
Astuce: Vous pouvez ajouter des codes de secours en éditant le fichier et ajoutant un code à 6 chiffres par ligne. Cela peut être utile de mettre un numéro que l’on connaît par cœur en cas d’urgence 😉
Remarque: Lors de l’utilisation d’une clé publique pour l’authentification, SSH ne se sert pas de PAM, il n’y aura donc pas de code de vérification à entrer.

Conclusion

Voila vous pouvez maintenant vous connecter en SSH de manière plus sécurisée !

De plus comme c’est open source, des projets basés sur cette implémentation émergent et il existe par exemple un module d’authentification Apache et sûrement d’autres applications =)


Si vous aussi vous souhaitez nous proposer un de vos articles, vous pouvez utiliser le formulaire de contact.
Retrouvez l’ensemble des articles relayés par le Planet-Libre à l’adresse suivante: http://blog.planet-libre.org/category/articles-relayes/

Que pensez-vous du nouveau Planet-Libre?

Chers lecteurs du Planet-Libre,

Ca fait maintenant bientôt deux semaines que le Planet-Libre a été mis à jour avec un certain nombre de nouvelles fonctionnalités et aussi une nouvelle interface. Nous souhaiterions connaître votre avis sur cette nouvelle interface. A cet effet, voici un petit sondage avec quelques questions ciblées rapide à répondre. Merci d’avance pour votre participation.

Mais n’hésitez pas à prendre votre clavier et à nous donner des impressions plus personnelles dans les commentaires de cet articles. Tant que vos retours seront constructifs, nous pourrons en tenir compte le mieux possible pour améliorer le Planet-Libre dans les prochaines semaines.

Sorry, there are no polls available at the moment.
Sorry, there are no polls available at the moment.
Sorry, there are no polls available at the moment.
Sorry, there are no polls available at the moment.
Sorry, there are no polls available at the moment.
Sorry, there are no polls available at the moment.
Sorry, there are no polls available at the moment.

Si vous avez d’autres remarques ou d’autres idées concernant la nouvelle interface du Planet-Libre, nous vous invitons à nous en faire part sur la page ideaformer dédiée à ça. Vous pouvez aussi voter pour les idées des autres.

Si vous nous partagez vos idées, essayez simplement d’être constructif et nous dire comment vous auriez vu les choses ! C’est important car ça nous permet de mieux savoir ce que vous en tant que lecteur percevez du Planet-Libre.

Un grand merci d’avance

Le Planet-Libre nouveau est arrivé !

Comme certains d’entre vous l’ont peut-être remarqués, ce matin le Planet-Libre a été un peu instable. En effet, il était en pleine migration vers la dernière version du Bilboplanet. Désormais la migration est terminée et s’est plutôt bien déroulée dans l’ensemble. Si vous rencontrez encore des bugs ou des choses bizarres, n’hésitez pas à nous en faire part en commentaire de cet article ou via le petit bouton « votre avis » sur la gauche de la page du Planet.

Beaucoup de nouvelles fonctionnalités arrivent avec cette nouvelle version du Planet-Libre, dont plusieurs étaient fort attendues. Je propose donc de ne pas m’attarder sur du blabla et de vous présenter directement ces nouvelles fonctionnalités. Et si vous aimez bien notre travail, n’oubliez pas qu’on subsiste grâce à vos dons et à votre soutien.

Le Bilboplanet 1.1 et le Planet-Libre V4

Pour commencer, voici un petit résumé du changelog des nouvelles fonctionnalités

  • Mise en place d’une interface de tagging
  • Ajout de flux RSS personnalisés sur base de critères
  • Filtres sur base des tags et des utilisateurs
  • Interface dynamique en ajax
  • Surligner les mots d’une recherche
  • Mise en place d’un sitemap automatique pour référencer les articles
  • Possibilité d’autoriser les commentaires sur certains articles
  • Gestion de son compte utilisateur et de son mot de passe
  • Chaque membre peut gérer les tags de ses articles lui-même
  • Chaque membre peut gérer les commentaires sur ses articles lui-même
  • Chaque membre peut désactiver les articles si nécessaire
  • Mise à jour de l’import/export
  • Gestion des articles populaires en fonction du nombre de votes ET du nombre de clics
  • Affichage compressé des articles dans la page principale

Voilà, comme vous voyez il y a beaucoup de choses. Faisons donc un petit tour du propriétaire en images.

Les articles

C’est ici que vos yeux sont concentrés le plus souvent, commencons donc par ça. D’abord vous remarquerez que les tags de l’article sont affichés en dessous du titre. Ensuite, désormais le lien « permalien » vous renvoie sur l’article d’origine sur le blog de l’auteur avec une redirection 301 pour un meilleur référencement dans Google.

Concernant l’affichage, vous aurez remarqués que désormais les articles sont « compressés » et qu’un ascenseur vertical vous permet de naviguer dans l’article. La raison de ce changement, c’est que parfois certains articles sont énormes et il est agréable de pouvoir parcourir la page sans avoir de crampe à l’index. Du coup, tous les articles ont la même hauteur. Cependant, cet affichage pouvant gêner certaines personnes pour la lecture de l’article, il vous est possible grâce au petit bouton en bas à droite « d’expandre » l’article pour qu’il reprenne son affichage étendu.

Pour terminer la flèche en bas à gauche vous permet de rejoindre le sommaire de la page en un seul clic.

Etat de la page

Maintenant que les tags ont fait leur apparition, il faut évidement les utiliser. Mais comment? C’est simple. Lorsque vous voyez des tags qui vous plaisent et que vous voulez trouver tous les articles possédant ce tag, il vous suffit de cliquer sur le tag. Ce dernier s’affichera dans la zone « Etat de la page ». Cette zone vous indique le filtre qui est en cours sur la page qui est affichée.

Si plusieurs tags sont sélectionnés, alors c’est la condition « OU » qui les relie. En d’autres mots, les articles affichés seront les articles qui contiennent le tag1 OU le tag2.

De la même façon, le filtre peut aussi s’appliquer sur les utilisateurs. Ainsi, quand vous cliquez sur le nom d’un membre, cela vous affichera tous ses articles. (si vous voulez sélectionner un membre dans la barre latérale, il faudra cliquer sur l’icone représentant une petite tête à gauche du nom). Si vous sélectionnez plusieurs membres, c’est le même principe que les tags, c’est la relation « OU » qui le reliera, et vous aurez donc un affichage contenant les articles dont l’auteur est le membre1 OU le membre2.

Petite subtilité néanmoins. Si vous faites plusieurs filtres en même temps :

  • Filtre sur tag1 ou tag2
  • Filtre sur membre1 ou membre2
  • Recherche sur le mot « debian »

Alors les liens entre les differentes catégories de recherches sont des « ET ».

En d’autres mots, la recherche ci-dessus donne : Les articles du membre1 ou du membre2 ET contenant le tag1 ou le tag2 ET contenant le mot « debian ».

Toujours dans la zone « Etat de la page » vous trouverez aussi un lien vers un flux spécifique au filtre que vous aurez appliqué. De cette manière, si vous ne souhaitez pas suivre tous les articles du Planet-Libre, mais seulement certains membres et certains tags, il vous sera facile d’appliquer un filtre et d’utiliser ce flux spécifique dans votre agrégateur de flux.

Le nouveau menu

Le menu a aussi changé un peu. Désormais vous pouvez voir que les catégories du menu supérieur sont plutôt lié à la navigation au sein du site même. Alors que la seconde barre de menu (en blanc) permet de naviguer sur le Planet lui-même avec des filtres pré-établis.

Pour l’instant vous ne trouverez pas encore beaucoup d’articles sous ces filtres pré-établis, mais ça viendra petit à petit. En effet, le but est de permettre au modérateurs de sélectionnés des articles dont la qualité ou le type peut être relevant sous un certain filtre. Dans ce cas, l’article y sera déposé.

L’objectif est de pouvoir fournir différents flux sur le Planet-Libre. Pour l’instant, voici les flux que nous avons choisis (ils pourraient encore changer dans les prochains jours/semaines/mois)

  • Planet : c’est le le menu global, sous Planet vous retrouverez l’intégralité des articles comme avant
  • Logiciels : pour les articles liés à la présentation d’un nouveau logiciel / OS libre
  • Evenements : lorsqu’un article parle d’un événement lié au libre
  • Art et Culture : pour tout ce qui touche de près ou de loin à l’art ou la culture libre
  • Tutoriaux : C’est ici qu’on retrouvera les tutoriaux
  • Discussion : Tous les articles débats, point de vue, coup de gueule, … (sur le libre évidement)
  • Top 10 : Les articles populaires. Cependant leur classification à changé et désormais leur popularité ne dépend pas seulement des votes, mais aussi du nombre de clics qu’ils récoltent
  • Sélection : Les articles dans la sélection sont des articles qui seront sélectionnés par les modérateurs. Ceux-ci seront sélectionnés pour plusieurs raisons, mais avant tout pour leur qualité.

A chaque page peut évidement être associé un flux. Si vous êtes donc plutôt intéressé par une seule catégorie d’articles, n’hésitez pas à agréger le flux correspondant à cette catégorie.

Fonctionnalités pour les membres

Passons maintenant aux fonctionnalités réservées aux membres. Comme vous avez pu le remarquer, tout en haut de la page il y a un petit bouton « login » qui est destiné pour les membres.

Une fois connecté, ce petit bouton « login » change et devient un menu supplémentaire pour les membres permettant d’accéder au « dashboard » qui est un panneau d’administration de leur compte personnel.

Note pour tous les membres du Planet-Libre qui lisent ceci : Comme vous êtes membre du Planet-Libre, vous possédez un login et un mot de passe. Pour l’instant ces mots de passes ont été générés aléatoirement et vous ne pourrez donc pas vous connecter directement. Si vous souhaitez vous connecter, vous devrez passer par la méthode « mot de passe perdu » qui vous permettra de regénérer un nouveau mot de passe et de le recevoir par mail. Pour pouvoir faire ça vous avez besoin de connaitre 2 choses :

  • Votre login sur le planet-libre
  • L’adresse email associée à votre compte sur le planet-libre

Une fois connecté à votre dashboard perso vous aurez un panneau avec vos derniers articles, leurs tags et leur statut. Si vous souhaitez faire disparaitre un de vos articles du Planet, vous pouvez cliquer sur la petite icone verte. Si vous voulez ajouter des tags sur votre article, alors c’est le petit porte-clé jaune qu’il faut cliquer. Et enfin, si vous voulez activer les commentaires sur un article, vous pouvez cliquer sur la petite bulle.

Concernant les commentaires, une petite remarque quand même. Pour ceux qui ont un blog, c’est quand même préférable d’activer les commentaires sur votre blog que sur le Planet-Libre. En effet, ça ne sert à rien d’avoir des commentaires à 2 endroits sur un même article. Par contre, si votre blog ne permet pas d’avoir des commentaires (ou pour un autre raison X ou Y) alors c’est cohérent d’activer les commentaires sur le planet.

Pour terminer, voici l’interface de gestion de votre profil. Vous pourrez y changer votre nom, votre adresse email et votre mot de passe si vous le souhaitez. Vous pourrez aussi voir l’url du flux que nous agrégons sur le planet-libre. Si votre blog est mis à jour et que cette URL n’est plus valide, merci de nous prévenir pour que nous procédions aussi à la mise à jour de notre coté.

Pour terminer

Vous pouvez donc constater que beaucoup de choses ont changé. J’espère que ces modifications vous plaisent. J’aimerais vraiment avoir vos retours par rapport à la nouvelle interface pour savoir ce que vous aimez et ce que vous aimez moins. Dans le logiciel libre, c’est grâce à la participation de tout le monde qu’on avance et qu’on s’améliore.

Une petite interface a été mise en place pour récolter vos remarques et vos idées. Vous pouvez vous y exprimer ou voter pour les idées des autres. Mais sentez vous libre de réagir aussi via les commentaires de cet article. Et comme je l’ai déjà dit plus haut, c’est grâce à vous que le Planet-Libre continue à évoluer et à proposer un contenu de qualité. Continuez à nous soutenir !

Soutenez le Planet-Libre

Cela fait maintenant plus de quatre ans que le Planet-Libre vit et se veut être un lieu de rencontre pour tous les intéressés du Logiciel Libre. Tout ceci a été rendu possible grâce au travail dévoué de toute une équipe de petites mains qui, au jour le jour, tente d’améliorer le Planet-Libre pour le rendre encore plus à votre goût. Mais aussi grâce à vous blogueurs tout d’abord étant à la base même du contenu que nous publions, et ensuite à vous lecteurs qui nous lisez et venez lire et débattre des sujets avancés sur le Planet-Libre. Encore un grand MERCI à tous.

L’équipe du Planet-Libre est composée de modérateurs qui veillent à la qualité du contenu diffusé, des administrateurs qui gèrent l’arrivée de nouveaux membres et qui assurent la communication avec la communauté et des développeurs qui améliorent sans cesse les services proposés par le Planet-Libre en proposant le Bilboplanet comme Logiciel Libre pour ceux qui veulent eux aussi se lancer dans l’aventure d’un Planet.

Ils travaillent, tous, bénévolement et font de leur mieux pour vous offrir un service de qualité malgré leur temps limité (ils ont tous leurs activités quotidiennes et le Planet-Libre vient se greffer sur leur temps libre).

Les seuls frais-fixes du Planet-Libre sont les frais du serveur qui nous héberge. Ces services ne sont malheureusement pas gratuits, mais néanmoins négociés pour obtenir une bonne qualité pour un bon prix.

Si on veut que le Planet-Libre continue, si vous êtes content de nous lire au jour le jour, alors nous avons besoin de vous pour soutenir le projet et nous aider à financer notre serveur.

Vous pouvez nous faire des dons en passant par paypal ou même en nous payant par bitcoin au numéro de compte 1PBBm4BQUPMJeaeG5rAJ6CoHps4XDFHzfw

PayPal - la solution de paiement en ligne la plus simple et la plus sécurisée !

Un grand merci d’avance pour votre soutien !

Sondage

Qui êtes-vous ? C’est une question que nous nous posons régulièrement (comme dernièrement). Comment connaître ses lecteurs et leurs attentes? Avec l’arrivée de l’été, nous en profitons pour repenser un peu le Planet-Libre dans sa vision actuelle. Et toute remise en question commence par une bonne connaissance de son public cible !

Pour avoir un début de réponse à cela, nous vous proposons de prendre une poignée de secondes pour répondre à un petit sondage. Les commentaires sont aussi là si vous souhaitez nous laissez une information qui vous semble importante au regard des questions posées. Nous insistons bien sur le fait que ce sondage nous le faisons pour vous ! Pour améliorer le Planet-Libre et ses fonctionnalités ! Donc soyez fous et n’hésitez pas à lancer vos idées.

Bien entendu, les données collectées ne seront pas revendues ou communiquées à un tiers ! Elles sont en plus totalement anonymes. Notre objectif est simplement d’observer les tendances au sein de nos lecteurs pour mieux les servir et éventuellement adapter notre ligne éditoriale (notre charte).

En vous remerciant par avance et au plaisir de vous lire !

Sorry, there are no polls available at the moment.
Sorry, there are no polls available at the moment.
Sorry, there are no polls available at the moment.
Sorry, there are no polls available at the moment.
Sorry, there are no polls available at the moment.
Sorry, there are no polls available at the moment.
Sorry, there are no polls available at the moment.
Sorry, there are no polls available at the moment.
Sorry, there are no polls available at the moment.
Sorry, there are no polls available at the moment.
Sorry, there are no polls available at the moment.
Sorry, there are no polls available at the moment.

Le Planet-Libre en chiffres

Chers lecteurs,

Nous avons mis en place un système de statistiques piwik pour le Planet-Libre à la fin de l’année passée et nous pouvons donc vous partager ces quelques données évaluées sur un peu plus de 6 mois. C’est toujours dans un esprit de culture libre que nous avons décidé de nous libérer complètement des outils propriétaires et d’utiliser piwik (aujourd’hui dans sa version 1.5). C’est dans la même veine que nous estimons qu’il est de votre droit de connaître ces statistiques.

Visiteurs uniques

Voici le nombre de visiteurs uniques par semaine :

Nous observons clairement une augmentation des visites ces derniers mois et c’est une bonne nouvelle pour nos blogueurs car cela signifie que leurs articles sont appréciés. Pour vous donner une idée plus précise du nombre de visiteurs par jour, nous sommes aujourd’hui à une moyenne de 3000 visiteurs uniques par jour en semaine et 2500 le weekend.

Ceci dit, il est évident que ces nombreux visiteurs ne s’intéressent pas spécialement à tous les articles qui sont publiés sur le Planet-Libre. Cependant, on observe quand même une moyenne de 100 visites par article publié ici, ce qui n’est donc pas négligeable comme audience pour de petits blogs avec parfois une plus faible réputation.

Navigateurs

Concernant les navigateurs, on est très heureux de voir que IE6 a complètement été rayé de la carte de nos lecteurs ce qui nous réconforte pour mettre en place des fonctionnalités HTML5 dans les futures versions du Planet-Libre !

Voici une petite répartition des navigateurs utilisés.

Comme vous pouvez le constater, Firefox est clairement majoritaire, mais une quantité non-négligeable de personnes ne sont pas encore passée à la version 4 de Firefox. (voir même la version 5 qui est sortie il y a quelques jours). Chrome a aussi son petit succès, mais pas encore de quoi casser la baraque par rapport à Firefox.

Systèmes d’exploitation

Côté système d’exploitation, nous observons que ce ne sont pas uniquement des linuxiens chevronnés qui nous lisent car encore une grande partie de nos utilisateurs sont sous Windows.

Ceci dit, il n’est pas facile de se baser sur ce genre de chiffres pour tirer des conclusions car çe n’est pas parce qu’un lecteur visite le Planet-Libre depuis Windows qu’il est nécessairement un non-informaticien et un non-libriste. En effet, beaucoup de libristes utilisent Windows au boulot ou de manière partielle pour certains outils (NDLA : L’autre jour j’ai remarqué que Eclipse était plus rapide quand je le lançais dans une machine virtuelle virtualbox avec Windows que lorsque je le lançais en natif dans mon Linux …).

De l’intérêt de faire des statistiques sur nos visiteurs

Nous savons que tout le monde n’aime pas les statistiques et n’aime pas se sentir fliqué. Il me semble donc important d’ajouter un petit mot pour vous rassurer et vous dire que nous faisons de notre mieux pour protéger votre anonymat. L’objectif recherché par la mise en place de ces statistiques est indéniablement de mieux connaître nos lecteurs. En effet, dans notre soucis de travail au niveau de la qualité du Planet-Libre il nous semble évident que nous devons tenir compte de nos lecteurs afin de leur proposer un contenu le plus adapté possible. Le cas échéant nous seront plus ou moins permissifs au niveau de la modération de certains articles.

Il est clair que c’est souvent très subjectif, mais je vais m’illustrer par un petit exemple. Sachant que nous avons un nombre non-négligeable de visiteurs venant de Windows, il nous semblerait normal d’accepter des articles orientés plus grand public sur l’explication de l’installation d’une distribution Linux. C’est clair qu’un Linuxien averti n’y trouvera pas ce qu’il cherche, mais une partie de notre public y sera sensible. De la même manière, sachant pertinemment bien que plus de la moitié de nos lecteurs sont des linuxiens avertis, nous sommes aussi ouvert à des articles plus techniques allant au fond des choses.