De l’art de Bloguer librement

Depuis la nouvelle version du Planet-Libre, les visiteurs et les abonnés les plus attentifs auront très certainement, nous l’espérons, remarqué qu’une petite F.A.Q. avait fait son apparition dans le nouveau menu tout en haut du site :

Surpris, certains de s’interroger : « Mais pourquoi donc avoir rédigé une F.A.Q. et, qui plus est, qui prétend nous apprendre à écrire ?  »

Depuis le temps que, dans un esprit de partage, nombre de blogueurs utilisent le Planet-Libre, il est peut-être de bon ton que de leur demander d’affirmer, plus encore, leur attachement à la qualité des articles qu’ils destinent à notre flux. C’est aussi une manière, pour nous, de vous dire que nous sommes on ne peut plus sensibles à l’investissement que montrent beaucoup d’entre vous comme nous le sommes tout autant face au lasser-aller manifeste dont certains autres font preuve dans la rédaction de leurs articles. En somme, on pourrait dire, au risque de vous froisser quelque peu, qu’il s’agit d’en appeler à votre sens des responsabilités.

Le Planet-Libre est une plateforme communautaire d’information sur les logiciels libres, et vous, blogueurs, vous utilisez votre blog/site pour offrir aux autres la lecture d’une actualité dont la qualité est indéniable. Malheureusement, il est certains blogueurs qui — par négligence, désinvolture ou insouciance — outrepassent allègrement certaines règles ou certains principes, on les appellera comme on voudra, qui nous semblent, à nous, modérateurs et administrateurs du Planet-Libre, des fondamentaux. C’est pour cette raison que nous avons mis en place cette F.A.Q., pour affirmer simplement les bonnes pratiques que nous souhaitons voir s’afficher, d’article en article, sur cet espace communautaire.

Vous en conviendrez vous-même, n’est-ce pas, les articles qui paraissent sur le Planet-Libre présentent une très grande diversité de contenus. Certains ne proposant parfois que du texte, du texte et des images, d’autres de l’audio voire de la vidéo. Cette variété est, à l’évidence, une richesse mais aussi et surtout une preuve manifeste de la vitalité de la communauté formée autour du Planet-Libre.

Pour autant, certains contenus ne sont pas sans poser de difficultés, en particulier les contenus publiés dans le format « Flash » d’Adobe. Il s’agit la plupart du temps de vidéos et, de temps à autre, de l’audio.

Est-il seulement besoin de rappeler à nos abonnés et, plus largement, à nos lecteurs que « Flash » est un format de fichier d’animation aujourd’hui pris en charge par la société Adobe et qu’il n’est pas sans poser d’importantes difficultés notamment à tous ceux qui, sur leur machine, n’utilisent pas le plugin de l’éditeur propriétaire ?

De nombreux articles, et des plus récents, nous fredonnent avec insistance, un peu comme le bourdonnement d’une mouche folle qui ne sait pas encore ce que pourrait lui coûter cet agacement persistant, que tous n’avons pas la même vision de ce qu’est (ou devrait) être le monde libre que nous contribuons, malgré nos divergences, jour après jour, les uns avec les autres, parfois même les uns contre les autres, à construire, brique à brique.

Le format « flash » montre une ligne de fracture évidente, franche, entre, d’un côté, ceux qui, faisant fi de la philosophie et des principes du libre, qu’importe après tout leurs motivations, installeront, quoi qu’il leur en coûte, le plugin propriétaire qui leur permettra de visionner, pour leur plus grand confort, les vidéos disponibles sur les Youtube & Co, et, de l’autre, ceux qui, par adhésion aux principes philosophiques du logiciel libre, n’installeront jamais, quoi qu’il leur en coûte, de logiciels propriétaires ou privateurs.

Fort heureusement, cette ligne de partage entre activistes du libre et pragmatiques tend à s’estomper dans certaine région du Web, la plus respectueuse, la plus conviviale aussi. Le Web est un peu comme un grand chaudron en pleine ébullition posé tout près d’une très vaste table. Il y a de la place, la porte est ouverte et la lumière engageante. Encore faut-il avoir l’envie de partager, en bonne intelligence, de ce qui mijote sous le couvercle !

Nous-autres, modérateurs et administrateurs du Planet-Libre, nous avons fait le choix de vous lancer, en quelque sorte, une invitation à partager un plus encore de ce libre bouillon du Web. Nous voulons parler des balises <audio> et <video> qui se laissent entrevoir, d’ores et déjà, comme un standard du HTML5, lequel est, plus ou moins, aujourd’hui, supporté par tous les navigateurs du marché sauf, bien évidemment, IE 7 et ses versions inférieures : http://w3c.html5.free.fr/

Certaines mauvaises habitudes sont la plupart du temps à l’origine de nos mauvaises manières. « Flash » est aujourd’hui à classer parmi ces mauvaises manières que nous aimerions voir disparaître progressivement des articles proposés sur le Planet-Libre au profit d’une intégration tout aussi progressive d’un standard du web supporté par la majorité des navigateurs respectueux de la diversité des utilisateurs.

Par ailleurs, vous n’êtes pas sans savoir que les principaux sites de streaming vidéo proposent, eux aussi, un lecteur compatible HTML5 (Youtube, daylimotion, Viméo, etc). Pourquoi ne pas suivre cette tendance ? Certes, direz-vous, tout n’est pas encore compatible…

Un temps pour tout, chers abonnés, chers lecteurs ! Aujourd’hui, c’est le temps de l’invitation. Demain viendra qui sera celui du festin, un festin qui n’en sera que meilleur si l’on peut vous compter parmi les convives…

…respectueusement Libres !

12 commentaires


  1. Je suis un des pas beaux qui publie des vidéos youtube en flash. Suite à cet article, qui d’abord m’a fait raler (après tout je suis français quand même), je me suis inscrit à la plateforme html5 de youtube : http://www.youtube.com/html5

    Je vais prendre garde à cela.

    Répondre

    1. @TimCruz : J’ai un peu de mal à comprendre l’intérêt qu’il y a à intégrer dans un article une vidéo qui est disponible par ailleurs. Un lien ferait amplement l’affaire.

      Répondre

      1. Personnellement, je trouve cela plus confortable pour le lecteur. Sachant que même intégrée, la vidéo reste hébergée et diffusée par le site d’origine.

        Répondre

        1. La vidéo est certes hébergée par le site diffuseur mais cette solution reste tout de même plus lourde… Slow connexion !

          Répondre

        2. Personnellement, je préfère les liens vers le site d’hébergement, car il y a des vidéos configurées pour démarrer dès le chargement de la page, et ça m’énerve… Surtout dans un site agrégateur où il peut y en avoir plusieurs dans le même cas, et où ça peut vraiment faire ramer le navigateur.

          (Soit dit en passant, c’est pour une raison approchante que je préfère les agrégateurs où seuls les premières lignes ou un résumé de chaque article apparaissent, parce qu’on n’est pas à l’abri d’un indélicat qui intègre un contenu énorme)

          Répondre

      2. @Christophe : Pour plusieurs raisons. La première étant que personnellement, lorsqu’un article envoie un lien vers un second site pour la vidéo, je ne consulte pas toujours cette vidéo. Je ne pense pas être le seul à faire cela. Si je suis sur le site A, ce n’est pas pour devoir aller voir les vidéos sur le site B.

        Qui plus est, les vidéos que j’intègre à des articles le sont pour les illustrer et sont pour beaucoup le fruit d’un travail, le mien puisque je préfère faire mes vidéos plutôt que pomper celles des autres, qui fait parti à part entière du reste du contenu de mon blog.

        Enfin, héberger la vidéos sur mon propre serveur, ce n’est même pas envisageable. Je mettrais GDF sur les genoux en 2 jours (ma dernière vidéo a été vue 300 et quelques fois en 2 jours alors merci youtube pour préserver la bande passante).

        Répondre

  2. Ça s’appelle de l’intégrisme, le compromis serait de dire que les gens qui mettent une vidéo en Flash doivent laisser une alternative pour ceux qui ne l’ont pas (lecteur HTML5 et lecteur Flash, lien direct vers la vidéo, …).

    Répondre

  3. @Dd : Si appeler à l’utilisation de HTML5 en remplacement de Flash est de l’intégrisme, alors prôner l’usage de format ouvert le devient. Je ne pense pas que ce soit ce que tu ais voulu écrire.
    Est-il écrit dans l’article qu’il est interdit de poster des articles contenant du Flash sur le Planet ? Non.
    Il est juste écrit que ce serait drôlement mieux d’utiliser des formats libres. Tu n’est pas d’accord avec cela ?
    La pratique que tu préconises est effectivement une bonne pratique en l’état actuel des choses.

    Répondre

  4. @Dd : « le compromis serait de dire que les gens qui mettent une vidéo en Flash doivent laisser une alternative pour ceux qui ne l’ont pas (lecteur HTML5 et lecteur Flash, lien direct vers la vidéo, …). »

    Qui parle de faire des compromis ? Il ne faut tout de même pas oublier que ce Planet est le Planet-Libre. Libre ici fait, non référence à cet absolu de liberté auquel les adolescents aspirent, la pseudo-liberté de faire ce que l’on veut, tarte à la crème niaisement philosophique que l’on nous ressert sur sur bien des blogs francophones (et très certainement ailleurs). Non, la liberté dont il est question dans « Planet-Libre » c’est bien évidemment une référence à la philosophie du logiciel libre. Laquelle liberté trouve son expression régulière et canonique sur bien des pages de la FSF et bien évidemment dans les licences logicielles libres.

    Peut-on alors raisonnablement s’étonner que le Planet-Libre qui trouve sa définition dans la philosophie du logiciel libre s’en revendique (cf. la Charte) et incite (parce qu’il s’agit bien d’une invitation) par ailleurs ses abonnés et ses lecteurs à privilégier des formats ouverts et respectueux de tous les utilisateurs et non seulement ceux qui ont fait le choix d’utiliser un plugin propriétaire…

    Je ne crois pas que mettre dans un article une vidéo au format Flash avec un lien alternatif soit un bon compromis. Pour s’en convaincre, il suffit de tester les plugins « Flash » libres. As-tu seulement tester l’un de ces plugins ? Avec Gnash, par exemple, beaucoup des vidéos au format Flash que l’on trouve dans bien des articles qui paraissent sur le Planet-Libre occasionnent une surconsommation de ressources telle que la plupart du temps je suis tout simplement contraint de ne plus lire le Planet-Libre sinon en mode texte ou de bloquer tout contenu Flash par défaut.

    « Ça s’appelle de l’intégrisme »

    J’appellerais ça plutôt une incitation au respect de la diversité des lecteurs du Planet-Libre.

    Répondre

  5. @Dd : j’ai aussi eu ce sentiment parce que l’article n’est pas très clair quand à la notion d’obligation. Mais après, en y réfléchissant, si on veut aider le libre à se développer autant ne pas encourager dans nos articles sur le planet l’utilisation d’un format fermé (le flash)…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *